Di?s que je me reveille, la maison bruisse deja d’activite. Putain, 1 dimanche matin, il n’y a vraiment environ respect !

Je grogne mon mecontentement et tente de me recouvrir Notre tete de mon drap pour me rendormir, mais c’est peine perdue, c’est qu’une chasse a l’elephant se deroule dans le salon en dessous de ma chambre.

Et voila qu’un elephanteau debarque dans ma taniere : — Philou, leve toi, c’est deja 10h et les parents ralent que t’es encore couche ! C’est encore moi qui prends. — C’est normal la boulette, t’es mon paratonnerre favori. — M’appelle plus comme ca, merde ! T’as promis. J’ai presque 14 annees maintenant, tu dois me respecter, j’suis un ado fragile de l’ego ! — Fragile de l’ego ? T’as les bras plus dure qu’un caiman, p’tite terreur ! En outre, tes 14 annees, c’est dans 11 mois. Je souris en regardant notre frangin. Je l’adore, votre petit con. Ca n’empeche pas qu’on se dispute souvent, mais c’est mon meilleur allie dans cette maison de fou. Le seul qui connait mon secret, et Afin de qui ca n’a pas grand chose change. — Bon allez, leve toi grosse limace, je te rappelle que c’est l’anniversaire de mariage des parents, on a toute la sainte famille qui se pointe pour le dejeuner. — Oh merde, dis-je en sautant du lit. J’avais totalement oublie. Chaque annee, c’est le meme cirque, pour le premier weekend de mai. Le grand dejeuner familial sous le figuier, d’ordinaire le premier de la saison. Et jamais le dernier, car ensuite, des repas avec famille ou amis se succedent tout l’ete dans notre jardin, jusqu’au retour de l’hiver. Je peste souvent, mais en fait, j’adore ca. Aux beaux heures, c’est la maison porte ouverte. Voisin, amis, jeunes ou vieux, les mecs poussent juste le portillon qui donne concernant l’impasse et viennent prendre l’apero, faire une partie de petanque au clos de boule derriere le jardin, ou 1 ping-pong. Et vous pourrez longer notre rue des metres et de traverser la petite place une Liberation Afin de arriver sur la plage de sable. Un petit paradis, mais l’hiver, on s’y emmerde i  fond. Rassurez-vous qu’il y a Hyeres nullement loin, Afin de les sorties, ou Toulon plus rarement. Mais je vais quitter bien ca. Des que j’aurai notre bac en poche, ce precieux sesame, je demenage m’installer a Paris pour continuer mes etudes. J’ai un tantinet la trouille, mais je suis aussi tres excite. Une nouvelle vie m’attend. Et aussi ma mere, qui crie dans l’escalier a peine ai-je quitte la salle de bain. — Philippe, ramene-toi en vitesse ! C’est bien excellent de bouger le oasis dating web apri?m, mais regarde la tete que tu as, c’est un zombie ! Allez, depeche toi, va acheter le pain, et n’oublie pas le journal et les cigarettes pour ton pere. — Oui Mman ! Je file, bien heureux d’avoir ecope d’une corvee si legere, sous le regard hargneux de ma s?ur Cathy, les mains plongees dans la corvee d’epluchage des legumes.

Vers midi, les invites habituels arrivent.

faire mes oncles et tantes, et mes cousins. Les Duperron, les voisins. Gaelle, une amie ma mere fraichement divorcee. Armand, le meilleur pote du pere, qui est aussi mon parrain, avec sa femme et leur fils, Chris. Mon c?ur a un rate quand il franchit le portillon du jardin. Il me regarde, sourit, et des papillons prennent leur envol au sein d’ mon bide. Je detourne le regard, maudissant in petto mes joues qui, je le sens, rougissent, et m’empresse de faire la bise a n’importe qui, Afin de cacher la gene. Au moment oi? arrive le tour de Chris, je ne pourrais m’empecher d’inspirer profondement son odeur chaude et fraiche a Notre fois, et de fermer le regard quelques fractions de secondes, tandis que les levres effleurent sa propre joue rasee de pres. Sa main se pose un clin d’oeil concernant mon epaule, ainsi, je voudrais que votre instant dure une eternite. Mais deja, il recule, s’eloigne de moi, ses yeux noisette petillants de bonne humeur s’attardant via moi comme une evanescente caresse. Un coup calmes les rires et les bonjours, Cela reste l’heure d’ouvrir le champagne, et les cadeaux. A Notre demande de mon pere, me voila transforme en barman. Je debouche Notre toute premiere bouteille, et je remplis les flutes, que ma s?ur distribue a toutes les hi?tes. Tout un chacun trinque dans la bonne humeur, et mes parents s’embrassent. C’est super genant ! Quand j’etais moins i?ge, ca me donnait carrement besoin de vomir, et je tombe sur d’ailleurs ma boulette occupe i  mimer le geste, deux doigts enfonces dans la gorge. J’eclate de rire devant une mimique. Mais aujourd’hui, au-dela de l’embarras, j’eprouve une indefinissable emotion en voyant mon pere et ma mere s’embrasser et s’etreindre. Je les besoin, je crois. Et J’me demande si moi aussi, apres vingt annees de life commune avec l’individu que j’aime, j’aurai forcement autant l’envie d’elle, envie de l’embrasser. Ca doit etre ca, grandir, passer de l’autre cote du miroir sans trop s’en apercevoir. Je gravite la tete, ainsi, mon regard se retrouve happe par celui de Chris. Il leve sa flute a champagne vers moi en un petit salut, et la porte a ses levres. Je regarde sa bouche charnue via le cristal, sa gorge doree offerte a mon regard tandis que sa nuque se ploie legerement en arriere. Je suis, fascine, la pomme d’adam qui se souleve tandis qu’il avale son champagne … Cela repose sa coupe vide sur la table et me sourit, une petite goutte au coin des levres qu’il vient oter d’un coup de langue. Notre bouche soudain tres seche, je bois a mon tour, tandis qu’il se detourne, ainsi, va s’installer plus loin sur un fauteuil de camping avec mes cousins. J’ai vue des fesses musclees tendant le tissus de le short beige, ainsi, ses bonnes jambes nues et deja bronzees m’hypnotise, ainsi, il va falloir que mon oncle se racle la gorge Afin de attirer mon attention.